Populations

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 01/08/11
  • Correction mineure : 25/11/13
  • Rédacteur de la fiche : Olivier Langella - Concepteur du logiciel - UMR de GENETIQUE VEGETALE (INRA, CNRS, Université Paris Sud, AgroParisTech)
  • Relecteur(s) : Bruno Fady (INRA URFM)
  • Responsable thématique : Christelle Dantec (CRBM)
Mots-clés

Populations : génétique des populations

Une fiche Dév Ens Sup est en relation avec cette fiche, consultez-la pour plus d'informations :
Description
Fonctionnalités générales
  • Calcul de distances génétiques entre populations ou individus basé sur les fréquences allèliques.
  • Reconstruction d'arbre phylogénétiques (UPGMA ou Neighbour Joining) à partir de matrices de distances, avec ou sans bootstrap sur les locus ou individus.
  • Calculs de fréquences allèliques, Fstats.
  • Lecture et conversion de données entre les formats Populations, Genepop, Immanc, microsat, LEA Likelihood Estimation of Admixture, Admix (G. Bertorelle), Genetix, Fstat (Jérôme Goudet)
Autres fonctionnalités

'Populations' est apprécié pour le grand nombre de méthodes de distances disponibles :

Interopérabilité

Les formats principaux supportés en lecture et écriture sont Populations, Genepop, Génétix.
Populations permet la conversion des données entre ces 3 logiciels, et l'export dans les formats : Immanc, microsat, LEA Likelihood Estimation of Admixture, Admix (G. Bertorelle), Fstat (Jérôme Goudet).

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

L'absence d'interface graphique, la nécessité d'utiliser un outil annexe pour visualiser les arbres phylogénétiques (treeview par exemple).

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Debian Wheezy

Plates-formes

Windows, Unix.
Des paquets logiciels sont disponibles pour Ubuntu à cette adresse :
https://launchpad.net/~olivier-langella/+archive/ppa
A partir des sources (outils gnu), Populations peut être compilé sur plateformes Intel 64 bits, Macintosh (Powerpc), stations Sun ...

Logiciels connexes

Treeview (http://taxonomy.zoology.gla.ac.uk/rod/treeview.html) très utile pour visualiser les arbres phylogénétiques produits par Populations. Ce logiciel n'est pas requis pour le bon fonctionnement de Populations.

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Je développe Populations en temps que particulier sur le site :
http://www.bioinformatics.org/
Le développement est ouvert à toute personne inscrite sur le site.

Eléments de pérennité

Le code source est très portable (C++ standard et bibliothèque QT 4.5).
Les erreurs rapportées sont corrigées et les patchs appliqués (serveur subversion de bioinformatics.org).
Depuis la première version en 1999, le code évolue toujours. Dans la version en développement 1.2.32 (janvier 2010), la compilation est maintenant gérée par Cmake, et la bibliothèque Qt est utilisée pour sa portabilité et ses fonctionnalités XML. La version Windows devrait bénéficier de ces améliorations.

Références d'utilisateurs institutionnels

UMR de GENETIQUE VEGETALE (http://moulon.inra.fr/)
LEGS (http://www.legs.cnrs-gif.fr/)
Populations est souvent cité dans les travaux scientifiques relatifs à la génétique des populations (49 citations en 2006).

Environnement utilisateur
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)

Populations est très apprécié pour sa facilité d'utilisation (bien qu'il ne soit pas équipé d'une interface graphique).
Une attention particulière est portée sur la gestion des erreurs pour guider l'utilisateur (problème de format de données, opération impossible).
La disponibilité des sources permet de le recompiler facilement pour profiter au maximum de capacités des gros calculateurs (par exemple) ce qui est apprécié pour certains calculs très gourmands.
Populations n'a pas de limite sur le nombre de populations, individus, locus traités.

Contributions

En m'envoyant des corrections, rapports de bugs, complément de documentation. ou en s'inscrivant sur http://bioinformatics.org/ pour directement travailler sur le code source (C++).