vidéo

Vidéo
Fiche dév Ens Sup - Recherche
  • Création ou MAJ importante : 03/06/13
  • Correction mineure : 03/06/13
  • Auteur de la fiche : Anne Sentenac (Institut Fresnel)
  • Responsable thématique : Dirk Hoffmann (Centre de Physique des Particules de Marseille (CPPM-IN2P3))
Mots-clés

opticsbenchui : instrumentation sous Linux pour piloter et automatiser des expériences d'optique

Ce logiciel a été développé (ou est en cours de développement) dans la communauté de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Son état peut être variable (cf champs ci-dessous) donc sans garantie de bon fonctionnement.
  • Site web
  • Système : UNIX-like
  • Version actuelle : 0.10 - 24/07/2012
  • Licence(s) : GPL
  • Etat : diffusé en beta
  • Support : maintenu, développement en cours
  • Concepteur(s) : Ce logiciel a été sous-traité à un prestataire externe au CNRS.
  • Contact concepteur(s) : Voir l'auteur de la présente fiche
  • Laboratoire(s), service(s)... : Institut Fresnel, Prestataire externe

 

Une fiche logiciel décrit plus en détail ce développement, consultez la pour plus d’informations : opticsbenchui
Fonctionnalités générales du logiciel

opticsbenchui permet de piloter et automatiser facilement des expériences d'optique utilisant du matériel commercial (périphériques de PC). L'application se présente sous une forme graphique (sous la forme de code source en C++, compilable sous Linux). Le matériel compatible avec cette application recouvre les quatre catégories principales suivantes:

  • Caméras ayant une connexion de type FireWire (compatible protocole IIDC), de type Ethernet (compatible protocole GiGeVision), de type CameraLink (de la marque Andor).
  • Actuateurs de la marque PI, Standa, NewPort, NewFocus, Micos, aux protocoles de communication RS232, USB, Ethernet.
  • Cartes d'acquisition de type compteurs, DAC et ADC.
  • Modulateurs spatiaux de lumière (SLM).

Chaque matériel peut être contrôlé individuellement à travers sa fenêtre de configuration spécifique (gestion des caméras, compteurs, moteurs), ce qui permet de faire les ajustements (individuels) manuels nécessaires aux expériences.
La phase d'automatisation (implémentation des 'scans') s'effectue dans le panneau d'acquisition dans laquelle l'utilisateur inscrit une succession de lignes de commandes simples adressées aux différents périphériques. Des combinaisons de commandes peuvent être implémentées en boucles. Les commandes possibles incluent des mouvements (moteurs), des prises d'instantanés (images caméra, masques SLM), des comptages de photons, des traitements de données intermédiaires (images de phase, d'amplitude, moyennes).

Le format de sauvegarde des données est le format open source HDF5, un format très répandu dans les milieux scientifiques. C'est un format compatible avec les plate-formes Windows/Linux. En particulier, les fichiers HDF5 sont directement exploitables par les logiciels commerciaux Matlab et Labview.

Contexte d’utilisation du logiciel

Le logiciel opticsbenchui dédié aux expériences sur banc optique sert à effectuer des scans de mesure d'un ensemble d'instruments hétérogènes. Le scan correspond généralement au mouvement d'un instrument de type moteur, tandis que la mesure correspond à la réponse d'un instrument de type senseur (caméra, photodiode, etc...). L'architecture du logiciel prend en compte l'existence de fonctionnalités à caractère indépendant et collaboratif (multithread). Chaque instrument doit pouvoir être manipulé de manière indépendante pour les besoins de l'expérimentateur. Mais il doit être également possible de coordonner les uns avec les autres dans une séquence donnée pour réaliser n'importe quel type de scan (phase d'automatisation).
Nous utilisons opticsbenchui sur deux expériences de banc optique comprenant des caméras (Kappa, PhotonFocus, Andor), un compteur de photons (carte NI PCI-6110), un SLM Holoeye, 3 moteurs piezo (PI E725), 2 moteurs à pas linéaires et rotateur (Standa uSMC2), 2 moteurs à pas linéaires (NewStep NewPort NSC200), un DAC-PCI Advantech pilotant un modulateur de phase.

L'application évolue dynamiquement en fonction des nouveaux besoins du laboratoire, en particulier lorsque nous faisons l'acquisition de nouveau matériel. L'avantage de opticsbenchui est que chaque nouvelle intégration est faite de la manière la plus large possible et donne lieu, à la création d'une nouvelle famille d'instruments.

Ce logiciel est recommandé pour les laboratoires d'optique qui cherchent une alternative à Labview sous Linux, et/ou qui manquent de compétences en programmation et automatisation d'expériences sur banc optique.

Fiche logiciel à valider
  • Création ou MAJ importante : 28/01/13
  • Correction mineure : 03/06/13
  • Rédacteur de la fiche : Anne Sentenac - Anne est à l'origine du projet Opticsbenchui - Institut Fresnel (CNRS)
  • Responsable thématique : Dirk Hoffmann (Centre de Physique des Particules de Marseille (CPPM-IN2P3))
Mots-clés
Fiche en recherche de relecteurs
Cette fiche est en recherche de relecteurs. Si vous êtes intéressé(e)s, contactez-nous !

opticsbenchui : Logiciel d'instrumentation sous Linux pour piloter et automatiser des expériences d'optique

Ce logiciel est en cours d'évaluation par la communauté PLUME. Si vous utilisez ce logiciel en production dans notre communauté, merci de déposer un commentaire.
Une fiche Dév Ens Sup est en relation avec cette fiche, consultez-la pour plus d'informations : opticsbenchui
Description
Fonctionnalités générales

Opticsbenchui permet de piloter et automatiser facilement des expériences d'optique utilisant du matériel commercial (périphériques de PC). L'application se présente sous une forme graphique (sous la forme de code source en C++, compilable sous Linux). Le matériel compatible avec cette application recouvre les 4 catégories principales suivantes:

  • Caméras ayant une connexion de type FireWire (compatible protocole IIDC), de type Ethernet (compatible protocole GiGeVision), de type CameraLink (de la marque Andor).
  • Actuateurs de la marque PI, Standa, NewPort, NewFocus, Micos, aux protocoles de communication RS232, USB, Ethernet.
  • Cartes d'acquisition de type compteurs, DAC et ADC.
  • Modulateurs spatiaux de lumière (SLM).

Les données sont sauvées au format HDF5 (Hierarchical Data Format, voir référence plus loin), format adapté aux opérations de scans et compatible avec les principaux logiciels d'analyse comme Matlab.
Ce logiciel est recommandé pour les laboratoires d'optique qui cherchent une alternative à Labview sous Linux, et/ou qui manquent de compétence en programmation et automatisation de manipulations.

Autres fonctionnalités

Chaque matériel peut être contrôlé individuellement à travers sa fenêtre de configuration spécifique (gestion des caméras, compteurs, moteurs), ce qui permet de faire les ajustements (individuels) manuels nécessaires aux expériences.

La fenêtre Camera permet de contrôler les propriétés et visualiser les images en temps réel:



La fenêtre Dac permet de configurer le port d'attache et de controler les valeurs de tension/courant aux outputs:



La fenêtre Comedi permet (pour l'instant) de configurer des compteurs et de lancer des comptages sur une période de temps choisie:



La fenêtre Motor permet de configurer les ports d'attache et d'effectuer des mouvements individuels d'actuateurs:



La phase d'automatisation (implémentation des 'scans') s'effectue dans le panneau d'acquisition dans laquelle l'utilisateur inscrit une succession de lignes de commandes simples adressées aux différents périphériques.



Des combinaisons de commandes peuvent être implémentées en boucles. Les commandes possibles incluent des mouvements (moteurs), des prises d'instantanés (images caméra, masques SLM), des comptages de photon, des traitements de données intermédiaires (images de phase, d'amplitude, moyennes).



L'instrument SLM est vu par l'application comme un écran additionnel sur lequel est projetté une image:


Interopérabilité

Le format de sauvegarde des données est le format open source HDF5, un format très répandu dans les milieux scientifiques. C'est un format compatible avec les plate-formes Windows/Linux. En particulier, les fichiers HDF5 sont directement exploitables par les logiciels commerciaux Matlab et Labview.
L'application standard hdviewer permet de visualiser le contenu de n'importe quel fichier au format HDF5.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Utilisation quotidienne sur deux expériences automatisées comprenant des caméras Kappa, PhotonFocus, Andor, un compteur de photon (carte NI PCI-6110), un SLM Holoeye, 3 moteurs (controlleur piezo PI E725), 2 moteurs à pas lineaire et rotateur (Standa uSMC2), 2 moteurs à pas linéaires (NewStep NewPort NSC200). L'application évolue dynamiquement en fonction des nouveaux besoins du laboratoire (collaboration étroite avec l'auteur)

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

La configuration du matériel peut nécessiter l'aide d'un expert (en particulier pour les moteurs).
Contacter l'auteur pour discuter de l’implémentation des besoins non couverts par l'application.

Environnement du logiciel
Plates-formes

Divers distributions Linux :

  • Fedora 14
  • Ubuntu 12.10
  • Scientific Linux 5
  • Red Hat 6
Logiciels connexes

opticsbenchui s'appuie sur d'autres projets open source importants:

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
  • Labview (payant, licence commerciale)
  • Matlab (payant, licence commerciale)
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

L’Institut Fresnel a fait appel à un collaborateur indépendant pour développer ce logiciel. Plus d'informations sur le site www.opticsbenchui.com

Eléments de pérennité

Le logiciel évolue en fonction des nouveaux besoins exprimés au cours du temps par les utilisateurs. Le champs d'application couvre toute expérience d'optique sur banc impliquant l'usage de matériel commercial.

Références d'utilisateurs institutionnels

Institut Fresnel - Groupe SEMO

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

Toute demande de renseignement peut être adressée à l'auteur : postmaster [at] opticsbenchui [dot] com
Il existe des forums sur le site SourceForge du logiciel.

Documentation utilisateur

La documentation est incluse sous forme d'aide en ligne dans le logiciel.

Divers (astuces, actualités, sécurité)

Compilation : l'application se compile simplement dans l'environnement de compilation du framework Qt (4.7 ou plus, à installer au préalable). L'application fait appel pour certains pilotes à d'autres projets open source (HDF5, comedi, aravis, libdc1394). L'installation préalable de ces librairies peut s'avérer nécessaire.

Contributions

Vous pouvez proposer de contribuer au projet en allant sur http://sourceforge.net/projects/opticsbenchui

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 26/03/14
  • Correction mineure : 27/03/14
Mots-clés
Pour aller plus loin

Advene : lecture active de documents audiovisuels

Description
Fonctionnalités générales

Le projet Advene offre, dans le domaine de la lecture active de documents audiovisuels, une plate-forme flexible permettant l'expérimentation de nouvelles formes d'interaction avec les documents audiovisuels et leurs métadonnées. Cette expérimentation passe notamment par la possibilité offerte aux utilisateurs de définir eux-mêmes leurs propres structures d'annotations et leurs propres manières de les visualiser, ce qui veut favoriser l'émergence de nouvelles pratiques.

Les domaines d'utilisation du prototype vont de l'échange de commentaires et de critiques de cinéphiles amateurs à l'indexation et à la recherche dans des corpus audiovisuels dans le cadre de la recherche, jusqu'à l'exploitation pédagogique en cours de langue ou toute autre matière où le support audiovisuel peut être exploité.

Autres fonctionnalités

L'objectif du logiciel est de fournir une plate-forme auteur pour la génération de documents à partir d'annotations posées sur des documents audiovisuels. Elle permet donc

  1. de créer des annotations via diverses méthodes (manuelle avec différentes interfaces, algorithmes automatiques (découpage en plans, segmentation audio, etc), importation de données préexistantes)
  2. d'utiliser ces annotations pour explorer les vidéos via diverses visualisations et possibilités de recherche
  3. de créer des documents basés sur les annotations et les vidéos, via des systèmes de règles ou de _templates_
Interopérabilité
  • Importation des données d'autres logiciels : SRT (sous-titres) ELAN, Transcriber, PRAAT, CMML, IRI, Anvil, MPEG7 (FreeTextAnnotations only), Xi, AnnotationGraph
  • Exportation personnalisable et fournie d'office pour SMIL, SVG, HTML+CSS, sous-titre SRT, CSV (tableur), CMML, RDF
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Utilisation quotidienne par un petit cercle d'utilisateurs, notamment pour des expérimentations autour de la notion de trace d'utilisation.

Utilisation pour du prototypage rapide, par exemple d'une plate-forme d'enrichissement de vidéos à destination des mal- et non-voyants (audiodescription).

Utilisation du logiciel Advene comme outil principal permettant une analyse fine de l'activité d'un acteur filmé en situation. La flexibilité d'Advene autorise de multiples représentations de l'activité de l'acteur à partir des composantes annotées de son activité. Ainsi, sur le même écran, nous pouvons donner à partager l'activité d'un acteur à travers ses verbalisations (texte écrit), l'enregistrement de son activité (vidéo image et bande son) et l'analyse de cette activité (texte écrit). L'écran est alors structuré par des espaces de différentes natures qui concourent à une compréhension émotionnelle et intellectuelle de l'activité de l'acteur.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Advene demande quelques heures de formation et de pratique car Advene a été pensé par ses concepteurs comme un logiciel ouvert, offrant de grandes possibilités d'adaptation aux besoins d'un projet.

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Debian, Ubuntu

Plates-formes

Linux, Windows, MacOS X (avec serveur X11)

Logiciels connexes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Laboratoire de recherche

Références d'utilisateurs institutionnels

Voir le site http://liris.cnrs.fr/advene/collaborations.html pour une liste à jour.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)
Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 05/11/12
  • Correction mineure : 09/11/12
Mots-clés

GIMP : création et retouche d'images numériques

Description
Fonctionnalités générales

GNU Image Manipulation Program (GIMP) est un outil de manipulation d'images en deux dimensions et en mode point. Il permet :

  • retouche d'image numérique,
  • création graphique,
  • animation.

Description synthétique : http://www.gimp.org/features/

GIMP propose de nombreux outils, des filtres. Son interface est flexible, à partir de la version 2.8, possibilité d'affichage dans une seule fenêtre, on ne se perd plus... C'est un outil modulaire qui se complète de nombreux greffons, outils (brosses par exemple), scripts...

Autres fonctionnalités
  • langage de scripts Scripts-FU,
  • interfaçage avec plusieurs langages de programmation comme Perl, Python...,
  • Python-fu est l'interface externe de GIMP (nécessite l'installation d'un paquetage pour Python).
Interopérabilité
  • nombreux formats acceptés dont : GIF, JPEG, PNG, XPM, TIFF, TGA, MPEG, PS, PDF, PCX, BMP, PSD (photoshop), etc...
  • export possible dans de nombreux formats dont GIF, JPEG 2000 sans perte, PNG, TIFF, PSD, Open Raster, PDF, etc...
  • la liste des formats gérés est extensible au moyen de "greffons" spécifiques
  • export des palettes disponible en CSS, PHP, Java, Python et texte
  • support des brosses "Photoshop ABR brush".
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service
  • principalement, retouche de captures d'écran (redimensionnement, ajout de texte, bordure, ...) pour insertion dans des manuels ou rapports
  • création d'images animées GIF
  • également, conversion de format JPG vers PNG.
Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

GIMP ne gère pas encore complètement le CMJN qui est utilisé pour l'impression numérique professionnelle. Différentes solutions sont données sur http://www.linuxgraphic.org/forums/viewtopic.php?t...
Pour résumer, le greffon "Separate+" ou Scribus et Inkscape peuvent être utilisés en complément de GIMP.
GIMP gère les couleurs sur 24 bits et en RVB.

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Ubuntu, Debian, Mandriva...
Ou plus simplement, toujours sous la main, la version portable autonome (http://portableapps.com/apps/graphics_pictures/gim...) ou la version portable incluse dans la FramaKey (http://www.framakey.org/).

Plates-formes

Au moins GNU/Linux, Apple Mac OS X, Microsoft Windows, OpenBSD, NetBSD, FreeBSD, Solaris, SunOS, AIX, HP-UX, Tru64, Digital UNIX, OSF/1, IRIX, OS/2, and BeOS.

Logiciels connexes

Il existe beaucoup de greffons (ou plugin) permettant des effets spéciaux ou des traitements particuliers disponibles sur http://registry.gimp.org/
GTK+ et développements annexes comme GEGL GEneric Graphical Library (les greffons sont partiellement portés sous GEGL)...

G'MIC : outil de manipulation d'images génériques

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes

Le principal est le logiciel commercial Adobe Photoshop.
L'APRIL propose une comparaison entre GIMP et Adobe Photoshop en français : http://www.april.org/groupes/labo/gimp/
Un comparatif détaillé des différents outils libres et propriétaires est aussi disponible, en anglais sur http://en.wikipedia.org/wiki/Comparison_of_raster_... : formats de fichiers gérés, fonctionnalités principales, licence et prix public.

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Créée en 1995 par Spencer Kimball et Peter Mattis, voir tout l'historique en anglais sur http://www.gimp.org/about/ancient_history.html
L'équipe actuelle est décrite http://www.gimp.org/team.html .

Eléments de pérennité

GIMP fait partie du projet GNU. Chaque version apporte des améliorations au niveau des fonctionnalités ou de l'ergonomie, le développement est dynamique : jugez des nouveautés sur http://wiki.gimp-attitude.org/FonctionsFaqGimp28 .

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)
  • Le format natif est XCF qui est le seul à conserver la totalité des informations pour une image créée ou modifiée avec GIMP.

Quelques greffons utiles :

Pour les inconditionnels de Photoshop qui seraient tentés par l'expérience, une interface "Photoshop like", fork de GIMP : http://www.gimpshop.com (non testé). Il paraît que même les tutoriaux sur Photoshop que l'on trouve à foison sur le net, peuvent être suivis sur cette interface...

Contributions

Tout est expliqué là : http://www.gimp.org/develop/

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 11/02/13
  • Correction mineure : 11/02/13
Mots-clés

InfraRecorder : gravure de CD-DVD pour Windows

Description
Fonctionnalités générales

Ce logiciel assure la gravure sur différents supports (CD, DVD). Il fonctionne uniquement sur Windows (versions 32 et 64 bits). La gravure sur Blu-ray n'est pas disponible à ce jour.

Ses capacités sont :

  • disque de données CD et DVD,
  • CD audio,
  • DVD vidéo,
  • gravure d'image format ISO, CUE, IMG, BIN et RAW,
  • copie de disque CD et DVD,
  • réalisation d'images ISO de CD ou DVD.

Il est par défaut en anglais mais une localisation est disponible dans de multiples langues dont le français.

A noter également qu'il existe une version portable disponible en téléchargement.

Autres fonctionnalités

On peut noter certaines fonctionnalités intéressantes comme :

  • il a l'avantage d'être de petite taille (comparé aux logiciels payants fournis en démonstration ou en version limitée avec les graveurs),
  • il est bien intégré à l'environnement de Windows,
  • il permet d'exporter les CD audio en mp3, ogg, wma, wav,
  • la gestion des supports "réinscriptibles" est bonne,
  • la gestion des disques multi-sessions est perfectible mais peu de logiciels sont infaillibles dans ce domaine.

Interopérabilité

Il gère la plupart des formats d'images CD et DVD.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

InfraRecorder est installé par défaut sur les ordinateurs de l'unité à la place des logiciels commerciaux fournis avec les ordinateurs ou les graveurs.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

InfraRecorder ne grave pas à ce jour de Blu-ray, la traduction française est également maladroite.

Environnement du logiciel
Plates-formes

Microsoft Windows 2000/XP/Vista/7, versions 32 et 64 bits, et version portable.

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
  • Les logiciels commerciaux Nero et Roxio sont des alternatives payantes et propriétaires.

  • Les logiciels cdrecord (gratuit, licence libre) et brasero (gratuit, licence GPL) sont des alternatives pour Linux/Unix.

Environnement de développement
Type de structure associée au développement

C'est un développeur indépendant.

Eléments de pérennité

1 seul développeur mais le source est disponible (http://sourceforge.net/projects/infrarecorder/develop).

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

Il y a une FAQ à http://infrarecorder.org/faq/. Il y a également une liste de discussion sur le site de Framasoft : http://www.framasoft.net/article4388.html.

Documentation utilisateur

La documentation utilisateur disponible en ligne à http://infrarecorder.org/?page_id=27.

Divers (astuces, actualités, sécurité)

Sous Windows Vista ou 7, l'installation doit être réalisée en tant qu'administrateur, la création des raccourcis pouvant être erronée sinon.

Contributions

L'auteur est demandeur d'aide pour les traductions : http://infrarecorder.org/?page_id=15.

Fiche dév Ens Sup - Recherche
  • Création ou MAJ importante : 01/12/11
  • Correction mineure : 06/11/12
Mots-clés

SMAT : plateforme coopérative d'annotation de contenu multimédia

Ce logiciel a été développé (ou est en cours de développement) dans la communauté de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Son état peut être variable (cf champs ci-dessous) donc sans garantie de bon fonctionnement.
  • Site web
  • Système : UNIX-like, Windows, MacOS X
  • Version actuelle : 0.5 - 01/02/2011
  • Licence(s) : choix en cours, contacter l'auteur - Sera certainement GPL
  • Etat : diffusé en beta
  • Support : non maintenu, développement en cours
  • Concepteur(s) : Hadj Batatia, Pascal Dayre
  • Contact concepteur(s) : hadj.batatia@enseeiht.fr, pascal.dayre@enseeiht.fr
  • Laboratoire(s), service(s)... : IRIT

 

Fonctionnalités générales du logiciel

SMAT (Semantic Multimedia Annotation Tool) est un outil d’annotation coopératif de media (audio, vidéo, texte). Il s’agit d’une application web de type RIA (Rich Internet Application) offrant une interface graphique avancée. cet outil met en œuvre des concepts de l’analyse de l’activité à l’aide de médias et d'annotations.

Le logiciel offre les fonctionnalités suivantes :

Charger et structurer des médias : par exemple une vidéo peut être décomposée en clips ou séquences et réorganiser pour former une nouvelle vidéo. Les médias sont considérés comme représentant une activité métier quelconque (ex. déroulement d’une opération chirurgicale, activité coopérative de validation d’un logiciel…)

Gérer des ontologies : l’utilisateur peut créer, charger, ou filtrer une ontologie au format RDFS pour un domaine d’intérêt quelconque. Une ontologie est considérée comme représentative du discours du domaine. Elle représente un modèle de l’activité sous-jacente à un ou plusieurs média (ex. un protocole médical de type APCER, un processus de négociation commerciale, une procédure de maintenance d’équipement électronique…)

Gérer des groupes d’intérêt : l’utilisateur peut former un groupe en invitant des membres à partager son intérêt pour un thème particulier

Gérer des scénarios d’annotation : l’utilisateur peut créer, modifier ou suivre un scénario d’annotation. Un scénario est constitué de phases successives. Une phase consiste en un média, une ontologie, et un groupe de membres partageant un intérêt commun au contenu du média

Annoter un média : un groupe peut visualiser et annoter un média (ex. une vidéo) d’une manière coopérative. La coopération peut être synchrone ou asynchrone. Une annotation peut être un commentaire associé à un fragment de la vidéo (une zone particulière à un instant donné). L’annotation peut aussi consister à associer un concept d’une ontologie à un fragment. Elle peut aussi être un lien entre le fragment et un autre média. L’annotation se fait dans une phase.

Analyser des annotations : un groupe peut organiser les annotations créées dans une phase et les analyser structurellement ou statistiquement. Il peut visualiser l’occurrence de concepts, leur usage par des annotateurs…

Rechercher : l’utilisateur peut chercher des médias mettant en œuvre un/des concept(s), ou des utilisateurs intéressés (ou utilisant) régulièrement des concepts, comparer des médias selon leurs concepts (concepts associés par des annotateurs au média).

SMAT a été conçu d’une manière générique pour s’adapter à différents usages. L’utilisateur peut personnaliser l’application selon son domaine d’intérêt en créant les ontologies appropriées. Les ontologies (et leurs concepts) peuvent être illustrées à l’aide de couleurs, textes, ou graphiques choisis par l’utilisateur pour utiliser des métaphores du métier. L’application se déploie en quatre parties : une partie services web et base de données Mysql, une partie client riche web, un serveur de synchronisation, et un serveur de médias, notamment pour le streaming audio/vidéo.

Contexte d’utilisation du logiciel

SMAT est un outil général qui peut être utilisé à chaque fois qu’on s’intéresse à l’analyse de l’activité. Deux usages sont possibles :

1) la découverte coopérative d’un modèle à partir d’une activité filmée ou décrite par des médias ;

2) l’analyse d’une activité en fonction d’un modèle préétabli.

Le premier type d’usage correspond à la modélisation coopérative d’un domaine ou d’un processus. Le second, concerne l’évaluation ou l’apprentissage d’un domaine ou d’un processus par internalisation du modèle en l’appliquant à des cas concrets d’activité.
En particulier, SMAT peut être utilisé dans le domaine de la formation et l’apprentissage guidés par des modèles d’activité. Par exemple, une expérimentation pilote a été menée à l’Université de Karolinska (Suède) sur l’acquisition par des équipes médicales pluridisciplinaires de protocoles d’action médicaux. Les formateurs ont mis les apprenants en situation quasi-réelle d’opération chirurgicale et ont filmé le déroulement de l’activité. Les apprenants ont été invités à annoter le film de l’opération selon le respect du protocole APCER. Chaque participant a projeté sa compréhension du protocole sur la vidéo en annotant et commentant les événements qui s’y sont déroulées. Le groupe a alors été mis ensemble sur SMAT dans une activité coopérative pour négocier une compréhension commune du déroulement de l’opération. Le scénario a été répété plusieurs fois et l’analyse des résultats a montré une amélioration nette du comportement et de l’efficacité des apprenants, en comparaison à des méthodes classiques d’apprentissage.

D’autres expérimentations pilotes ont été mises en œuvre. Nous citons les exemples suivants :

  • L’université de Budapest (ELTE) a expérimenté SMAT pour l’apprentissage des langues chez les enfants.
  • L’université de Jérusalem a expérimenté SMAT pour la formation des enseignants à la pédagogie avec les nouvelles technologies
  • L’université de Neuchâtel a utilisé SMAT pour l’entraînement des orthophonistes
  • Poyry Lmtd. a mis en ouvre SMAT pour l’analyse de l’activité avec la méthode Change Laboratory.
Publications liées au logiciel

(et communications)

Dayre P. (2012). Un outil d’aide à la transformation du travail. SELF2012 , Lyon. pdf

Dayre P., Gamache D., Mayers Andre (2012). Méthodologie participative de collaboration MOA−MOE JFTL , Paris

Dayre P., Batatia H. (2011) SMAT, Semantic Multimedia Tool. Un éco-système pour la mise en oeuvre de la théorie de l'activité. Poster. JDEV2011, Toulouse. pdf.

Dayre P., Batatia H. (2011). Annotation collaborative de médias pour l’émergence de concepts d’ontologie. Proceedings of SIIM'2011. pdf

Batatia H., Hakkarainen K., Morch A. I., (2011). Tacit knowledge and trialogical learning: Towards a conceptual Framework for designing innovative tools. Collaborative Knowledge creation: Practices, Tools, Concepts. Editors S. Pavlova, A. Morch, A. Moen, Oslo:Sense Publishers, 2:25-40 (in press).

Paksi, A. and Kárpáti, A. (2009): SMAT - a semantic multimedia annotation tool . In: New Technology Platforms for Learning - Revisited. Proceedings of the LOGOS Open Conference on strengthening the integration of ICT research effort. 19-20 January 2009, Budapest , Hungary . ISBN: 978-963-87914-1-2. pdf.

Karlgren K., Dahlström, A., Ponzer S., (2008). Design of an Annotation Tool to Support Simulation Training of Medical Teams. Proceedings of EC-TEL'2008. pp.179~184 .

Piombo C., Batatia H., Dayre P., Ayache A., (2007). An ontology based Web Annotation System to create new learning practices. Proceedings of EC-TEL’2007, Heraklion, Crête.

Karlgren K., Dahlstrom A., Lonka K., Ponzer S., (2007). A new education annotation tool for supporting medical teams to improve their teamwork and communication. Proceedings of ICEM/LE’07 pdf.

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 05/10/11
  • Correction mineure : 17/10/13
Mots-clés
Pour aller plus loin

ffmpeg : bibliothèque et applications pour la manipulation des flux audios et vidéos

  • Site web
  • Système : UNIX-like, Windows, MacOS X
  • Téléchargement
  • Version évaluée : 0.6
  • Langue(s) de l'interface : anglais
  • Licence : GPL, LGPL

    Utilisation non-commerciale sans problème ("remarkable little reason to be concerned"). Mais l'utilisation commerciale des fichiers générés avec des formats brevetés peut susciter des demandes de royalties, comme dans le cas de MPEG qui est surveillé de près par le consortium MPEG (en Californie).

Description
Fonctionnalités générales

Le paquet "ffmpeg" contient deux applications essentielles :

  • ffmpeg pour la manipulation de fichiers multimédia (son, vidéo ou combinés) et leur transformation ou extraction
  • ffplay pour l'affichage de fichiers ou médias (par exemple DVD) sur l'ordinateur.

Il contient également des bibliothèques qui sont utilisées par exemple dans "mencoder" (ou "mplayer").

Autres fonctionnalités

L'application et ses bibliothèques prennent en compte une multitude de formats : plus de 160 dans la version testée en octobre 2010. On y trouve des formats (tous ?) standards pour le multimédia (MPEG1/2, MP3, MPEG4, AVI, MOV, mais aussi VOB [DVD], ainsi que WAV, AU, AIFF), mais également des fonctionnalités plus exotiques de sous-titrage et des formats multi-canal audio.
Elle permet également de produire des captures d'écran X11 animées (pour tutorial ou démo).

Interopérabilité

Il inter-opère avec toutes les applications permettant de lire ou générer des fichiers multimedia selon les standards utilisés (MPEG, AVI, MOV, ... plus de 160 en total)

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Au CPPM, transformation de séquences d'images en clip vidéo, captures animées d'écran, extraction d'images à partir d'un film ou clip vidéo

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Il est intéressant de noter que souvent, mencoder/mplayer et ffmpeg/ffplay sont complémentaires. Il existe de rares cas, où un fichier n'est pas lisible ou n'est correctement traité par l'une des deux suites. Dans le même registre, vlc arrive à digérer des fichiers qu'aucun des deux ne traite raisonnablement, et vice-versa.
L'outil "qui fait tout" n'existe visiblement pas encore, alors que mencoder/mplayer utilise clairement quelques bibliothèques de ffmpeg.

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Quasiment toutes les distribution Linux. Pour RedHat et dérivés, on passera par la distribution complémentaire rpmfusion ou similaire.

Plates-formes

Linux, Windows
Sources Linux devraient compiler sur Mac OS

Logiciels connexes
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement

Site propre ffmpeg.org, soutenu par Google Summer of Code (9 étudiants en 2009) par exemple

Eléments de pérennité

Vu l'activité sur les listes de support et l'origine des contributions, il y a quelques dizaines d'instituts ou laboratoires de recherche dans le monde qui utilisent FFMPEG et contribuent régulièrement. Par extrapolation il doit y avoir des centaines d'utilisateurs "muets".

L'initiateur de FFMPEG, Fabrice Bellard, est un informaticien et mathématicien contemporain, proche du domaine de la recherche (record du monde en calcul de décimales de pi).

Voir aussi remarques sur "listes de support" plus loin. Les conséquences restent à observer de près !

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums

6 mailing lists, visant le public de l'utilisateur au développeur
Deux canaux IRC sur freenode.net
Voir http://ffmpeg.org/contact.html
Malheureusement, la liste traditionnelle ffmpeg-users s'est arrêtée en mars 2011, suite à des querelles internes. J'ai retrouvé ses archives ici. Une nouvelle liste ffmepg-users existe depuis mars 2011. Les archives des deux listes contiennent de nombreux exemples d'utilisation concrèts et instructifs.

Documentation utilisateur

Manuels, HowTos, FAQ et exemples disponibles sur le site http://ffmpeg.org

Divers (astuces, actualités, sécurité)
  • Les fichiers produits par ce logiciel le sont sans garantie. Il est capable de convertir beaucoup de formats, souvent propriétaires. Or, en l'absence de spécifications publiques, il est impossible d'être sûr qu'aucun problème ne se présentera, comme par exemple des images figées par moment ou des décalages entre le son et l'image. Bien souvent, cela est lié au format du fichier source
  • De même, il est nécessaire de maîtriser les paramétrages spécifiques à certains formats : par exemple, l'absence de meta-données correctes dans un fichier FLV (Flash Video) empêchera un lecteur de se déplacer à l'intérieur d'un fichier. La solution la plus simple consiste à utiliser une interface comme WinFF, livrée avec des pré-réglages qui répondent à ce besoin
  • Il existe une extension PHP basée sur FFMPEG qui permet de travailler en ligne sur des fichiers vidéo : FFMPEG-PHP
  • L'usage d'une interface graphique avec des chaînes de traitement pré-installées facilite l'utilisation de ffmpeg pour les néophytes. Voir par exemple http://winff.org (également sous licence GPL) pour Windows et Linux, et ffmpegX pour Mac
Contributions

Rapports de bugs : http://ffmpeg.org/bugreports.html
Serveur GIT pour contributions : http://ffmpeg.org/download.html

Webinaire : description et outils

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 30/09/10
  • Correction mineure : 30/09/10
Mots-clés

Webinaire : description et outils

  • Type de ressource : article
  • Date de publication du document ou de l'événement : Sept 2010
  • Auteur(s) ou responsable(s) :

    Hassan Hassan (CNRS/UREC)

Description

La diffusion de séminaires ou de conférences en direct sur le web s’est largement répandue ces dernières années. En effet, la diffusion sur le web permet d’atteindre une audience plus large. De plus, l’enregistrement de ces évènements comme documents audiovisuels permet de les visionner en mode différé.

Toutefois, la diffusion en directe ou en différé sur le web a dépassé récemment le cadre des séminaires ou des conférences classiques. Aujourd'hui beaucoup de séminaires ont lieu uniquement sur le web, donnant naissance à un autre type d'évènements : les webinaires (en anglais webinars).

Un webinaire est donc un séminaire diffusé uniquement sur le web. L’organisation d’un webinaire demande beaucoup moins de ressources qu’un séminaire classique, ce qui explique le succès des webinaires pour diffuser de l'information dans tous les domaines : scientifique, commercial...

Organisation d'un webinaire

La diffusion sur le web uniquement offre plusieurs possibilités pour l'organisation d'un webinaire.

  • Les intervenants sont réunis dans un studio de diffusion, équipé de façon professionnelle.
    Ce type de webinaire s'apparente plus à des programmes télévisés diffusés en direct.  Même si ce type de webinaire reste plus facile à organiser qu’un séminaire classique, il présente un inconvénient. Il faut disposer d’un studio pour accueillir les intervenants et la participation d’un intervenant l’oblige à se déplacer au studio.
  • Les intervenants sont réunis dans une salle virtuelle.
    Beaucoup de logiciels (voire plus loin) offre la possibilité de réserver une salle virtuelle pour organiser un webinaire. Les intervenants, comme l’audience, peuvent se connecter à cette salle via le web. Ce type de webinaire offre un avantage indéniable : les intervenants peuvent participer depuis n’importe quel endroit. Il suffit que l’intervenant dispose d’une connexion Internet de bonne qualité, et bien sûr d'un système de captation d'image et de son correct (surtout le son, très souvent les webinaires n'ont pas de canal video en dehors de la retransmission des diapos). L’organisation d’un webinaire est ainsi largement facilité.

Une troisième possibilité consiste à combiner les deux modes précédents en studio et à distance, même si elle très peu utilisée en pratique.

Déroulement d'un webinaire

Avant de parler des outils qui permettent d'organiser un webinaire, nous allons passer en revue le mode de fonctionnement d'un webinaire. Ceci afin de mieux en comprendre les avantages.

Un webinaire comporte deux parties :

  • Présentations des intervenants.
  • Questions de l'audience.

Les questions de l'audience sont adressées en mode texte via le web. L'organisateur du webinaire se charge de la sélection des questions. Les questions sont posées à la fin de chaque présentation. 

L'interaction avec l'audience via le web offre une autre possibilité : questionner l'audience pendant la présentation. Ainsi, au cours d'une présentation, un intervenant peut inclure un sondage et solliciter l'audience pour avoir son avis en direct. Une évaluation de la pertinence du webinaire peut être également proposée à la fin de la session.

A la fin de la session, une analyse statistique des connexions au cours du webinaire permet de mieux connaître la réaction de l'audience aux sujets présentés. La durée moyenne des connexions,  la fluctuation du nombre de connexions, etc. sont des données importantes qui peuvent être croisées avec les présentations et les sujets abordés. Ce point est l’une des clefs qui explique le succès des webinaires dans les présentations commerciales. En effet, les industriels disposent avec les webinaires d'un outil redoutable pour analyser la façon dont leurs clients potentiels réagissent à leurs produits.

Les webinaires pour la communication scientifique

L'utilisation des webinaires commence à avoir du succès dans la communauté scientifique également. L'organisation des conférences et des workshops nécessite souvent des ressources importantes, et demande plusieurs mois de préparation. Tandis qu'avec les webinaires, un évènement peut être planifié en peu de temps. Dans une communauté où les avancés sont  importantes et rapides, les webinaires deviennent un outil de communication très efficace. Les scientifiques utilisent les webinaires pour organiser des sessions de travail ouvertes à une audience internationale.

Les outils pour organiser des webinaires

Il y a beaucoup d'outils pour organiser des webinaires. Si quelques outils existent depuis très longtemps pour organiser des sessions de travail privées, par exemple Webex et DimDim, d'autres ont été conçus pour les cours à distance, par exemple Moodle, tandis que d'autres ont été pensés pour faire de la visio sur le web comme EVO. Il est évident que n'importe quel outil qui permet de diffuser des présentations en temps réel sur le web avec un flux audio, et accessoirement vidéo, peut être utilisé pour organiser un webinaire. Toutefois, la grande différence entre ces outils réside dans le traitement des informations récoltées au cours d'un webinaire. Les industriels qui cherchent à sonder leurs clients sont plus sensibles aux outils de traitement statistique de l'information qui accompagnent les webinaires, car le but d'un webinaire est de mieux connaître les clients. Par contre, pour les scientifiques, l'accessibilité des outils et leur coût restent des facteurs déterminant pour le choix d'un outil. Voici quelques produits libres et propriétaires qui permettent d'organiser des webinaires. Cette liste n'est pas exhaustive.

  • Webex. Un outil propriétaire, leader mondial dans le webconferencing, récemment acquis par Cisco. Cet outil reste de loin le plus performant dans la diffusion sur le web et le traitement statistique des informations de connexions. Il existe des licences dégressives pour l'enseignement supérieur et la recherche, toutefois Webex reste un outil très onéreux. Il s'agit d'un service, Webex ne peut pas être hébergé au niveau client. http://www.webex.com.
  • DimDim. Disponible en version open source limitée à vingt participants, DimDim offre la possibilité d'organiser des webinaires professionnels jusqu'à mille participants dans sa version pro. Ses tarifs sont plus intéressants que ceux de Webex, toutefois les outils de traitement statistique de données ne sont pas aussi aboutis. Les outils de conduite de réunion par contre dépassent parfois ceux de Webex.http://www.dimdim.com et la fiche PLUME
  • Moodle. Cet outil a été conçu pour les cours à distance. Des webinaires peuvent être organisés avec Moodle via un plugin supplémentaire. Moodle est proposé en Open Source. Deux modes existent pour l’archivage des webinaires avec Moodle. Soit sur un serveur dédié proposé par Moodle orné de publicités commerciales, soit par l’installation d’un serveur Moodle personnel.
    Cette dernière solution, même si elle est intéressante pour la confidentialité des données, nécessite un investissement humain important. Une solution Webex ou DimDim payante reste beaucoup plus accessible en pratique. http ://www.moodle.com et la fiche PLUME
  • EVO. À la différence des outils précédemment cités, EVO ne propose pas d'interface web spécifique pour les webinaires. EVO est un outil pour la visioconférence à travers un client lourd installé automatiquement sur un poste de travail Linux, Windows ou MacOS X. EVO a été adapté pour la diffusion des présentations et peut servir pour l'organisation des webinaires. Toutefois, les outils de traitement statistique d'information qui accompagnent EVO sont très limités. EVO est soutenu par RENATER et largement utilisé pour les visioconférences dans la communauté recherche et enseignement supérieur. Comme Webex, c'est un service, il n'est pas hébergeable chez soi. http://evo.caltech.edu et la fiche PLUME
  • Encours.org : Proposé par un chercheur français, encours.org est un outil qui permet de travailler autour d’une présentation à distance. L’ambition d’encours.org est de proposer l’outil le plus simple possible pour permettre à un intervenant de faire une présentation devant une audience virtuelle à travers le web. Encours.org est un produit libre, simple, qui peut servir pour organiser des webinaires, mais sans post-traitement statistique des informations de connexions. A essayer et à enrichir.  http://www.encours.org/

Conclusion

Les webinaires fournissent un outil de communication moderne, très efficace, particulièrement utile dans le contexte de l'enseignement supérieur et la recherche. Les besoins des utilisateurs peuvent être très différents en fonction de l'objectif de la communication et l'audience visée. Quel que soit l'outil choisi pour organiser des webinaires, il faut privilégier la facilité d'utilisation. Le but reste de disposer d'un outil flexible, facile à utiliser pour une meilleure communication.

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 28/06/10
  • Correction mineure : 14/11/12
Mots-clés
Pour aller plus loin
  • Mots-clés principaux : vidéo

recordmydesktop : capture vidéo à l'écran

  • Site web
  • Système : UNIX-like
  • Version évaluée : 0.3.8
  • Langue(s) de l'interface : français, anglais, autres
  • Licence : GPL
Description
Fonctionnalités générales

Ce logiciel permet d'enregistrer les activités visuelles qui se passent à l'écran et les activités sonores associées (screencast) et de générer un fichier vidéo au format Ogg-Theora-Vorbis.

La capture peut s'effectuer sur tout l'écran, une fenêtre ou une zone déterminée.

Le logiciel est compatible avec les affichages multi-écrans.

Autres fonctionnalités

Le logiciel d'enregistrement est en ligne de commande (CLI).

Deux frontaux graphiques lui sont adjoints :

  • gtk-recordMyDesktop et qt-recordMyDesktop (bureau GNOME)
  • kRecordMyDesktop (bureau KDE)

De nombreux paramètres en version CLI, quelques réglages minimaux en version graphique :

  • choix du nombre de frames/seconde
  • choix du canal son et des paramètres d'échantillonnage
Interopérabilité

En sortie le format est Ogg - Theora - Vorbis (formats libres et ouverts pour, respectivement, le container multimédia, la vidéo, l'audio) lisibles avec VLC par exemple.

Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Ce logiciel est utilisé pour enregistrer des démonstrations, générer des documentations dynamiques (tutoriaux, etc.)

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

L'enregistrement du son est effectué via ALSA, OSS ou JACK.

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

Ubuntu, Debian et autres grandes distributions Linux

Plates-formes

Linux

Logiciels connexes

Les enregistrements produits sont exploitables avec un logiciel lecteur des formats Ogg - Theora - Vorbis (formats libres et ouverts pour, respectivement, le container multimédia, la vidéo, l'audio) comme VLC par exemple.

Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
  • Istanbul, déprécié à la faveur de RecordMyDesktop
  • CamStudio sur Windows
Environnement de développement
Eléments de pérennité

Le logiciel est inclus dans les grandes distributions Linux.

Il n'est plus maintenu que par un développeur qui se dit plus occupé par ses travaux sur GIMP (dernière modification en 2009).

Les forums d'utilisateurs sont cependant très actifs.

Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Fiche dév Ens Sup - Recherche
  • Création ou MAJ importante : 11/05/10
  • Correction mineure : 11/05/10

G'MIC : outil de manipulation d'images génériques

Ce logiciel a été développé (ou est en cours de développement) dans la communauté de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Son état peut être variable (cf champs ci-dessous) donc sans garantie de bon fonctionnement.

 

Fonctionnalités générales du logiciel

G'MIC est l'acronyme de GREYC's Magic Image Converter

Ce logiciel permet de concevoir et d'appliquer des séquences de traitement sur des signaux ou des images.

Ces traitements peuvent être variés, et concernent aussi bien les aspects géométriques, colorimétriques et fréquentiels des images, que leur analyse statistique et leur exploration/visualisation. Une particularité de ce logiciel est qu'il est capable de manipuler et visualiser des données très génériques, comprenant les images 1D/2D/3D (volumétriques) et/ou multi-spectrales, à types de valeurs/couleurs quelconques (entiers 8/16/32 bits, flottants 32/64 bits), ou encore des objets 3D maillés.

Les traitements sont décrits par un langage de script spécifique, dédié à la modélisation de pipelines d'opérations sur des images. D'un point de vue technique, le logiciel se base sur un interpréteur de ce langage pour effectuer ses opérations.

Contexte d’utilisation du logiciel

G'MIC fonctionne en mode ligne de commande, ou en mode graphique (sous forme d'un greffon pour GIMP), et peut être potentiellement intégré comme bibliothèque de traitement d'images dans le code source de logiciels libres tiers.

  • Son utilisation en mode ligne de commande est intéressante pour traiter ou convertir de manière automatisée un grand nombre de données image. De ce point de vue, il peut être comparé à ImageMagick.
  • Son utilisation sous forme de greffon GIMP permet d'enrichir ce logiciel de retouche d'images en proposant une liste de filtres prêts à l'emploi (notamment des débruiteurs, des réhausseurs de contraste, des outils de manipulation colorimétrique ou d'application d'effets artistiques). Il est également possible à l'utilisateur d'utiliser cette plateforme pour intégrer plus facilement ses propres filtres dans GIMP. Un forum regroupant communauté active d'utilisateurs de ce greffon s'est créé.
  • Il peut être utilisé à des fins pédagogiques pour l'introduction au traitement des images. Il contient un shell intégré permettant de lancer toute la panoplie de commandes disponibles de manière interactive, avec une visualisation temps réel des résultats obtenus.
Publications liées au logiciel
Syndiquer le contenu