internet

Utilisé à travers Internet : messagerie, web, visioconf...
Mots-clés

Des millions de lignes de code

"Information is beautiful" - L'information est belle, sur PLUME, parce qu'elle est utile et professionnelle. Mais parfois une image dit plus que des milliers de mots, comme cette infographique qui recense l'évolution impressionnante du nombre de lignes de codes utilisés, en commençant par Unix v1.0 (10000 lignes) pour finir avec Debian ou le code d'analyse du LHC, qui a permis de valider le prix Nobel de physique cette année (50 et 60 millions de lignes respectivement).
Quel rapport avec PLUME ? Nous y retrouvons quelques fiches : Firefox, OpenOffice. PLUME ne recense pas (encore ?) le nombre de lignes de code dans les fiches, car c'est un indicateur bien discutable pour décrire un logiciel, même si il pourrait ouvrir la porte aux recensements et donc à une visibilité plus grande. A cogiter pendant une minute libre, tout comme les détails de l'infographique ...

Fiche logiciel validé
  • Création ou MAJ importante : 05/08/13
  • Correction mineure : 04/06/19
  • Rédacteur de la fiche : Vladimir Daric - Institut de Génétique et Microbiologie (UMR 8621) (CNRS, Université Paris Sud)
  • Relecteur(s) : Dirk Hoffmann (Centre de Physique des Particules de Marseille (CPPM-IN2P3))
    Fernando Niño (Legos)
  • Contributions importantes : Une relecture "externe" a été faite par R. Le Gac (CPPM), et prise en charge par Dirk Hoffmann.
  • Responsable thématique : Damien Ferney (Laboratoire de mathématiques - Clermont-Ferrand)
Mots-clés

Django : framework de développement web en python

Description
Fonctionnalités générales

Django est un framework de développement d'applications web. Il est conçu selon le modèle MVC et dans le respect de la philosophie DRY.

ORM (Object-relational mapper)

Django fournit un ORM (mapping objet-relationnel). Le modèle de données dans Django se présente comme une classe Python. Une fois celui-ci définie, l'ORM génère une interface d'accès aux données (API) en Python très complète.

Il est également possible de continuer d'écrire les requêtes en SQL.

Interface d'administration de données

Une application d'administration de données est fournie avec le framework. Celle-ci génère automatiquement l'interface HTML, très personnalisable, pour administrer les données.

URLs élégantes

Facile à utiliser, le mappeur d'urls (contrôleur) n'impose aucune contrainte. L’écriture d’applications REST devient un jeu d'enfant.

Templates

Un langage de templates intuitif et extensible permet de bien séparer la présentation du traitement et des données.

Système de cache

Pour des sites à fort trafic, Django offre plusieurs stratégies de cache. Pour cela vous pouvez choisir d'utiliser la mémoire vive, la base de données ou le système de fichier. Pour ne citer que ces deux solutions, Django peut facilement être couplé avec Squid ou memcached.

Internationalisation (i18n) & Localisation (l10n)

Django intègre les outils nécessaires permettant l'internationalisation des applications mais également la localisation de dates et nombres.

authentification

Django fournit son propre système d'identification et d'authentification. Celui-ci gère également des groupes. Il est possible de coupler celui-ci, à l'aide de plugins, avec LDAP, Kerberos ou Apache (et Shibboleth).

L'ensemble de permissions existantes peut aisément être étendu pour correspondre à vos besoins.

Autres fonctionnalités

Introspection de la base de données

Django peut analyser la structure de la base de données et générer le modèle.

Serveur web de développement

Le serveur web fourni permet de démarrer le développement très rapidement. Aucune configuration additionnelle n'est nécessaire.

Django apps

De très nombreux plugins sont disponibles sur PyPI.

Interopérabilité

Sont nativement supportés :

Et via des adaptateurs non officiels :

  • Sybase SQL Anywhere
  • IBM DB2
  • Microsoft SQL Server 2005
  • Firebird
  • ODBC
Contexte d'utilisation dans mon laboratoire/service

Dans le cadre de développement d'applications web, nous utilisons beaucoup Django avec le plugin Django admin site. Celui-ci permet une grande personnalisation et nous donne la possibilité de fournir des interfaces de gestion de données très rapidement.

Limitations, difficultés, fonctionnalités importantes non couvertes

Django n'est pas un CMS ni un serveur d'application.

Environnement du logiciel
Distributions dans lesquelles ce logiciel est intégré

La méthode conseillée est d'utiliser easy_install ou pip donc la distribution du PyPI (aka the CheeseShop).

Django est également présent dans la plupart de distributions Linux sous forme de package.

Généralement les mises à jour sont d'abord disponibles sur PyPI.

Plates-formes

Linux, OSX, Windows

Logiciels connexes
Autres logiciels aux fonctionnalités équivalentes
Environnement de développement
Type de structure associée au développement
Références d'utilisateurs institutionnels

Liste complète de sites utilisant Django

Parmi lesquels :

  • Criminocorpus, UMR 8560 Centre A. Koyré, Ministère de la Justice (Direction de l’administration pénitentiaire), Sciences Po (Centre d’histoire), Université Paris 5 Descartes (Service historique de la Bibliothèque inter-universitaire de médecine de Paris), Archives nationales d’Outre-Mer
  • Dezède, laboratoires CÉRÉdI (EA 3229, université de Rouen), GRHIS (EA 3831, université de Rouen) et IRCL (UMR 5186, CNRS)
Environnement utilisateur
Liste de diffusion ou de discussion, support et forums
Documentation utilisateur
Divers (astuces, actualités, sécurité)

Securité

Les applications web sont des cibles privilégiés pour les attaques informatiques. Django offre une sécurité accrue par rapport à d'autres solutions de ce type. La protection contre attaques les plus courantes est prise en charge par le framework : Cross site scripting (XSS), Cross site request forgery (CSRF), injection SQL, Clickjacking.

Un chapitre dans le documentation Django est consacré à la secutité.

Les alertes de sécurité sont annoncées sur cette liste.

Astuce

Il est préférable d'installer Django dans un environnement virtuel créé à l'aide de virtualenv. De cette manière Django dispose de son propre interpréteur Python. Il est alors possible de contrôler les versions de toutes les librairies dont votre application a besoin, de manière dissociée de celles du système hôte.

Fiche dév Ens Sup - Recherche
  • Création ou MAJ importante : 30/07/13
  • Correction mineure : 30/07/13
Mots-clés

BeC3 : création d'applications Internet des Objets (IdO)

Ce logiciel a été développé (ou est en cours de développement) dans la communauté de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Son état peut être variable (cf champs ci-dessous) donc sans garantie de bon fonctionnement.
  • Site web
  • Système : UNIX-like, Windows, MacOS X
  • Version actuelle : version 1.0 - novembre 2012
  • Licence(s) : choix en cours, contacter l'auteur
  • Etat : en développement
  • Support : maintenu, développement en cours
  • Concepteur(s) : Sylvain Cherrier, Philippe Valembois, Ismail Salhi, Yacine Ghamri-Doudane.
  • Contact concepteur(s) : sylvain.cherrier@univ-mlv.fr
  • Laboratoire(s), service(s)... : LIGM

 

Fonctionnalités générales du logiciel

BeC3 (Behaviour Crowd Centric Composition) se compose d'un ensemble d'outils qui permettent la création d'applications Internet des Objets (IdO). BeC3 se présente sous la forme d'un site web qui reconnaît et recense l'ensemble des objets D-LITe d'un utilisateur. Il peut alors déployer des Behaviours (des bouts de programmes) sur chacun d'eux, et les combiner pour créer son application, de façon intuitive et dynamique. Un moteur de cohérence contrôle la validité des échanges entre objets. Les utilisateurs peuvent contribuer et alimenter la bibliothèque de Behaviours afin d'améliorer la solution.

Contexte d’utilisation du logiciel

Cette suite de logiciels permet de composer des applications Internet des Objets. Il s'agit d'une preuve de concept (POC) mais l'outil est tout à fait fonctionnel : il nous sert à valider nos travaux, mais peut tout à fait être utilisé pour des applications réelles.

Voir des vidéos pour apprendre son utilisation et une liste d'exemples.

Publications liées au logiciel

En préparation.

Fiche dév Ens Sup - Recherche
  • Création ou MAJ importante : 10/06/13
  • Correction mineure : 10/06/13
Mots-clés

MIMO-802.11e : utilisation unifiée des normes MIMO et 802.11e

Ce logiciel a été développé (ou est en cours de développement) dans la communauté de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Son état peut être variable (cf champs ci-dessous) donc sans garantie de bon fonctionnement.
  • Site web
  • Système : UNIX-like
  • Version actuelle : 1.0 - février 2013
  • Licence(s) : Licence propriétaire - Licence libre en cours d'étude.
  • Etat : diffusé en beta, en développement
  • Support : maintenu, développement en cours
  • Concepteur(s) : Hakim Badis
  • Contact concepteur(s) : badis @ univ-mlv.fr
  • Laboratoire(s), service(s)... : LIGM

 

Fonctionnalités générales du logiciel

Ce logiciel est un code sous le simulateur NS-2 pour les réseaux MIMO-802.11e (Multiple In Multiple Out).

L'objectif est d'améliorer la capacité (bande passante) d'un réseau sans fil 802.11e en utilisant la technologie MIMO.

Contexte d’utilisation du logiciel

Utilisation de ce logiciel dans la recherche et l'enseignement.

Publications liées au logiciel

Abderrezak Rachedi, Hakim Badis, "MIMODog: How to solve the problem of Selfish Misbehavior Detection Mechanism in MANETs Using MIMO Technology", in the 8th International Wireless Communications & Mobile Computing Conference (IWCMC'2012), Limassol, CYPRUS, August 27-31, 2012.

OpenSearch : spécification pour standardiser les fonctions de recherche en ligne

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 21/05/13
  • Correction mineure : 21/05/13
Mots-clés

OpenSearch : spécification pour standardiser les fonctions de recherche en ligne

  • http://www.opensearch.org
  • Type de ressource : résumé
  • Date de publication du document ou de l'événement : 2005
  • Auteur(s) ou responsable(s) : A9 (filiale d'Amazon.com)

Description courte :

OpenSearch est une spécification qui offre des services de recherche sur un site Internet et ce, indépendamment de la technologie du moteur de recherche utilisé par ce site. L'objectif est de proposer un standard pour la recherche et la publication sur Internet.

Avec cette technologie, il est ainsi possible d'agréger et d'afficher les résultats de plusieurs sites de recherche différents. On peut par exemple effectuer la même requête sur une base de données documentaire, un dictionnaire en ligne et un wiki, et afficher les résultats sur une même page.

Il est également possible de rajouter son moteur de recherche sur n'importe quel client de recherche qui contient un agrégateur OpenSearch (dans lequel on peut configurer son fichier de description OpenSearch). L'un des exemples d'utilisation les plus connus de cette technologie est l'intégration de listes de sites de recherche dans les navigateurs web (champ de recherche situé à droite de la barre d'URL sur Firefox et Internet Explorer).

Documents de standardisation : La dernière spécification se trouve ici : OpenSearch 1.1 (Draft 5)

Description détaillée :

OpenSearch ne remplace pas un moteur de recherche mais propose donc une surcouche afin d'uniformiser les formats de publication. En ce sens, on peut apparenter cette technologie à un « service web » pour la recherche sur Internet.

Techniquement, OpenSearch utilise XML et les flux de syndication (RSS ou Atom).

Pour pouvoir offrir tous les composants nécessaires à la recherche standardisée sur Internet, la spécification OpenSearch est composée de quatre formats complémentaires :

  • OpenSearch description document

    C'est un fichier XML qui identifie et décrit le moteur de recherche. En plus de l'adresse du namespace de la spécification «http://a9.com/-/spec/opensearch/1.1/», ce fichier doit contenir au moins les 3 balises obligatoires suivantes : ShortName pour le nom du service, Description pour sa description et Url qui contient l'adresse du site de recherche.

  • OpenSearch URL template syntax

    Ce format contient différents paramètres qui permettent de décrire la syntaxe de recherche utilisée par le moteur de recherche. Il précise notamment les règles de grammaire de l'attribut template de la balise Url utilisée dans le document de description précédent.

  • Opensearch Query element

    Ce format permet de configurer des requêtes spécifiques par un client de recherche. Il est composé d'un ensemble d'attributs de la balise Query. On peut par exemple proposer un exemple de requête qui peut être effectuée sur le moteur de recherche ou encore afficher des résultats avec des mots proches de celui utilisé par la requête (mais contenant une faute d'orthographe par exemple).

  • OpenSearch response elements

    C'est le format de présentation des résultats de recherche. Les formats possibles nativement sont RSS 2.0 et Atom 1.0. D'autres formats de publication sont possibles comme HTML/XHTML.

En plus de ces formats, il existe plusieurs extensions, parmi lesquelles :

  • Referrer

    Permet de fournir des informations sur la source effectuant la recherche, comme par exemple le logiciel client utilisé

  • Relevance

    Permet d'indiquer le score de chaque résultat d'une recherche donnée

  • Suggestion

    Permet l’auto-complétion de mots dans le champ de recherche.

Pour l'utilisation de chacune de ces extensions, il faudra ajouter l'adresse du namespace XML de la spécification dans le fichier de description.D'autres extensions sont encore à l'état de draft mais offriront des possibilités intéressantes, notamment :

  • Geo extension

    Propose de fournir un mécanisme standard pour effectuer des recherches sur des données géographiques, comme des coordonnées ou des noms d'endroits.

  • Mobile extension

    Propose un mécanisme standard pour adapter les recherches de type OpenSearch aux terminaux mobiles, notamment dans l'affichage des résultats.

Utilisations recommandées :

Tout site utilisant OpenSearch peut être directement intégré au navigateur en utilisant la zone de recherche adaptée.

OpenSearch peut également être utilisé sur des applications hébergeant des moteurs de recherche et fournissant des services en ligne. Cela peut rendre l'application plus générique et permet d'accepter des requêtes à partir d'autres applications. Un exemple d'application en milieu scientifique est le logiciel SITools2 qui intègre nativement un champ de recherche OpenSearch. D'autre part, de nombreux CMS ou wiki implémentent opensearch soit de manière native soit grâce à un plugin: par exemple WordPress, SPIP,Drupal, PLONE, GetNetwork, DokuWiki, MediaWiki

OpenSearch est également très utilisé pour les recherches sur les sites bibliographiques car contenant de multiples bases de données provenant de sources différentes (voir par exemple le site de la revue internationale Nature : http://www.nature.com/opensearch).

Exemple de mise en œuvre :

Pour pouvoir configurer un service OpenSearch sur un moteur de recherche, il faut effectuer les trois étapes suivantes :

  • Configurer le moteur de recherche pour proposer en option une réponse au format RSS ou Atom (cela permettra d'utiliser les paramètres du format OpenSearch response elements)

  • Créer un fichier de description au format OpenSearch description document

    Le fichier minimum doit être de la forme :

    <?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
    <OpenSearchDescription xmlns="http://a9.com/-/spec/opensearch/1.1/">
      <ShortName>${name}</ShortName>
      <Description>${name}</Description>
      <Url type="application/html" template="${url}/suggest?q={searchTerms}">
      </Url>
    </OpenSearchDescription>

    Où ${name} est le nom du site et ${url} l’adresse du site.

  • Publier le fichier précédent en ajoutant un lien dans le header de la page d'accueil du site de recherche.

    Si par exemple le fichier s'appelle opensearch.xml :

    <link rel="search" type="application/opensearchdescription+xml" title="${name}" href="${url}/opensearch.xml">

Une étape supplémentaire peut être d'envoyer ce fichier de description à l'un des annuaires de moteurs de recherche supportant OpenSearch pour faire connaître le service de recherche.

Il existe en outre de nombreuses bibliothèques qui implémentent les services OpenSearch. Une liste détaillée se trouve ici :
http://www.opensearch.org/Community/OpenSearch_sof...

 

Mots-clés

Journées développement web à Nancy les 13-14 juin 2013

Des journées sur le 'Développement web' sont organisées à Nancy les 13-14 juin 2013 par le réseau métier DevelopR6.

L'inscription est gratuite mais obligatoire : http://developr6.dr6.cnrs.fr/manifestations/006-de...

Mots-clés

Formation : bases de données XML natives

Cette formation de 3 jours est organisée par MutEC et PLUME. Elle se tiendra à Lyon les 22-23-24 mai 2013.

La formation a pour objectif de faire découvrir les bases de données XML natives aux chercheur-es et ingénieur-es qui manipulent des données XML (corpus textuels, éditions critiques, etc.) mais qui pour diverses raisons n'utilisent pas actuellement de bases de données XML natives. La formation présentera les logiciels BaseX et eXist-db.

Le nombre de places étant limité, la priorité sera donnée aux candidat-es impliqué-es dans des projets de recherche en cours manipulant des données XML.

Date limite d'inscription : 28 avril 2013

Contacts :
- Maud Ingarao maud [dot] ingarao [at] ens-lyon [dot] fr
- Nathalie Arlin nathalie [dot] arlin [at] ens-lyon [dot] fr

Action de formation - Bases de données XML natives

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 24/04/13
  • Correction mineure : 10/07/13
  • Auteur : Maud Ingarao (Institut d'Histoire de la Pensée Classique - ENS Lyon)
Mots-clés

Action de formation - Bases de données XML natives

  • Type de ressource : formation / cours
  • Date de publication du document ou de l'événement : mai 2013
  • Auteur(s) ou responsable(s) : Maud Ingarao (maud.ingarao @ ens-lyon.fr) (ENS-Lyon) et Nathalie Arlin (nathalie.arlin @ ens-lyon.fr) (ENS-Lyon)
  • Contact pour plus d'informations : Maud Ingarao (maud.ingarao @ ens-lyon.fr) (ENS-Lyon) et Nathalie Arlin (nathalie.arlin @ ens-lyon.fr) (ENS-Lyon)

MutEC Projet PlumeARC5

MutEC et le Projet Plume, avec le soutien de la Région Rhône-Alpes, organisent une

Formation aux bases de données XML natives

du 22 au 24 mai 2013

au Centre Blaise Pascal, ENS de Lyon
Salle des travaux pratiques
Bâtiment LR6
46 allée d'Italie
69007 Lyon
Plan d'accès

Cette formation a pour objectif de faire découvrir les bases de données XML natives aux chercheur-es et ingénieur-es qui manipulent des données XML (corpus textuels, éditions critiques, etc.) mais qui pour diverses raisons n'utilisent pas actuellement de bases de données XML natives.

La formation présentera les logiciels BaseX (enseignement en anglais) et eXist-db (enseignement en français), et se déroulera en trois temps :

Mercredi 22 mai 2013 - Ma première application web avec eXist-db - 9h30-17h30

Formateurs
Michel Jacobson (Service interministériel des Archives de France)
Clément Plancq (Laboratoire de linguistique formelle, UMR 7110)

Jeudi 23 mai 2013 - Ma première application web avec BaseX - 9h30-17h30 (enseignement en anglais)

Formateurs
Christian Grün (Université de Constance, Société BaseX)
Sous réserve : Michael Seiferle (Société BaseX)
Sous réserve : Alexander Holupirek (Université de Constance, Société BaseX)

Vendredi 24 mai 2013 - 9h30-15h30

Présentation de MutEc et du Projet PLUME et sa plate-forme - présentation en PDF Présentation au  format  PDF
Temps encadré où les stagiaires pourront travailler avec leurs propres données XML.
Evaluation de la formation

Le nombre de places étant limité (20 places), une sélection sera effectuée et la priorité sera donnée aux candidat-es impliqué-es dans des projets de recherche en cours manipulant des données XML.

Pré-requis : XML, XPath. Connaissances en XSL et/ou XQuery recommandées.

La formation est gratuite. Les frais de déplacement, d'hébergement et de repas sont à la charge des participant-es.

Date limite d'inscription : 28 avril 2013

Formulaire d'inscription : https://a2l.projet-plume.org/limesurvey/index.php?sid=16172

Contacts :
- Maud Ingarao maud.ingarao @ ens-lyon.fr
- Nathalie Arlin nathalie.arlin @ ens-lyon.fr

MutEC - http://www.mutec-shs.fr/
PLUME - https://www.projet-plume.org/

Voir aussi : http://www.mutec-shs.fr/action-formation-bases-don...

Fichier attachéTaille
2013maimutecplateforemplume.pdf442.11 Ko

Service eduroam

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 05/03/13
  • Correction mineure : 31/05/13
  • Auteur : Denis Mirassou (Université Toulouse 3 Paul Sabatier, DTSI, département Système Réseau et Télécom)
  • Responsable thématique : David Rousse
Mots-clés

Service eduroam

  • http://www.renater.fr/eduroam
  • Type de ressource : service
  • Date de publication du document ou de l'événement : 2003
  • Auteur(s) ou responsable(s) : RENATER
  • Contact pour plus d'informations : support-eduroam_AT_support.renater.fr

Ce document a été rédigé par Denis Mirassou (Université Toulouse 3), avec l'aide de Dominique Launay (RENATER), Alain Péan (CNRS/LPN), Jean-Pierre Feuillerat (CNRS/DSI), Vincent Carpier (Université de la Réunion), Xavier Marty (Université Toulouse 1) et Erwann Thoraval (IRCAM Paris). Il a été relu par Patrice Hérault (CRI, Université de Marne-la-Vallée).

Description du service :

eduroam, pour Education Roaming, est un service de mobilité d'authentification international proposé par RENATER (pour la France) utilisable notamment pour accéder de manière sécurisée et authentifiée à l'Internet en Wi-Fi depuis tout établissement d'Education ou de Recherche ayant souscrit et déployé le service.

En pratique, la procédure d'authentification utilisateur sur le Wi-Fi est établie de façon sécurisée (cryptée) et transparente (même login et mot de passe) entre l'établissement d'origine de l'utilisateur et l'établissement d'accueil. Lors de ses déplacements (en France et à l'étranger) dans un autre établissement ou laboratoire, l’authentification d’un utilisateur est faite par son établissement de rattachement au travers d’une hiérarchie de serveurs RADIUS selon le standard 802.1x.

Avec plus de 160 établissements Français impliqués à ce jour et un millier d'usagers par jour en moyenne pour ce service, eduroam représente un service pratique d’accès internet via le Wi-Fi en déplacement en France ou à l'étranger (plus de 50 pays membres, 5000 lieux couverts en Europe).

Modalités d'accès au service :

Le service étant administré par Renater pour la France, il faut faire une demande de modification d’agrément via l'interface SAGA.

L'établissement désireux de rejoindre la communauté eduroam doit alors indiquer un contact technique local eduroam, l'url d'une ressource de support utilisateur local ainsi que quelques paramètres techniques (compte utilisateur eduroam local pour le monitoring national, etc...).

On ne peut avoir accès à ce service que si l'on est membre de la communauté éducation / recherche.

Clients/utilisateurs du service :

Les utilisateurs du service sont les personnels administratifs/enseignants/chercheurs et étudiants des établissements d'éducation et de recherche.

Fournisseur du service :

Au niveau national, c'est RENATER qui gère les RADIUS centraux de la fédération nationale eduroam. Les fédérations nationales des pays participants sont regroupées en confédérations, qui constituent ensuite des confédérations régionales (Amérique du Nord, Asie-Pacifique, Europe). La gouvernance mondiale est assurée par le comité de la gouvernance mondiale eduroam constitué de membres des confédérations régionales.

L'association Géant gérant le réseau pan-Européen de l'éducation et de la recherche assure les rémunérations des membres de la gouvernance mondiale ainsi que la logistique de secrétariat.

Technologie d'implémentation du service :

L'implémentation du service est assez simple et repose sur le standard 802.1x. Il suffit d'un service RADIUS (implémentable à l'aide de logiciels libres, comme FreeRadius, ou de logiciels commerciaux) sur le site client ayant connaissance des utilisateurs locaux (fichier local, annuaire LDAP, SGBD SQL, relais RADIUS, ...). Celui ci aura pour rôle de retransmettre (rôle de relais ou proxy) les requêtes des utilisateurs "externes" ou "invités" vers les RADIUS nationaux et de répondre aux requêtes de ces mêmes RADIUS lorsqu'un utilisateur local est en déplacement sur un site distant. A noter que chaque établissement doit conserver les journaux de connexion selon la réglementation en vigueur.

Le cas échéant (déplacement à l'étranger), les RADIUS nationaux impliqués se relaieront les requêtes des utilisateurs.

Dans le cas d'un déplacement à l'étranger sur un autre continent, les RADIUS régionaux (Europe, Asie-Pacifique) serviront d'intermédiaires aux radius nationaux.

Service Level Agreement (SLA) du service :

En France, le service RADIUS central est redondé (GIP-Renater Paris et Université de Strasbourg) et opéré par RENATER.

Les RADIUS des confédérations régionales sont également redondés : Danemark (UNI-C) et Pays-Bas (Surfnet) pour la confédération régionale Européenne, Australie et Hong-Kong pour la confédération Asie-Pacifique.

Coût du service :

Intégré dans les coûts payés par les établissements pour RENATER pour ce qui concerne le service RADIUS national, à la charge des établissements participants pour le service RADIUS eduroam de chaque établissement.

Fonctions annexes du service :

Un service de test est en place permettant de préparer la mise en place du service sur son établissement. Un nouvel établissement passe en production lorsque la phase de test est positive.

Au niveau national, la liste des établissements membres de la communauté est consultable en ligne. Une carte nationale est également disponible.

Chaque site est supervisé ce qui permet d’être averti en cas de panne de l'infrastructure locale.

Le site eduroam français propose des exemples de fichiers de configuration RADIUS, des recommandations de sécurisation réseau, des affichettes pour la signalétique éventuelle. Une liste de diffusion électronique est également disponible pour les échanges entre les correspondants eduroam français.

Une application Android (non supportée par eduroam) géolocalise les lieux couverts par le service eduroam :
https://play.google.com/store/apps/details?id=net.ja.android.eduroamcompanion

Limitations du service :

  • Pas d'accès de type portail captif.
  • Respect obligatoire de la charte eduroam.
  • Pas de gestion de "profil" de connexion, de droit d'accès.

Services concurrents :

A priori, il n'existe pas vraiment de service concurrent si l'on considère le périmètre géographique d'utilisation d'eduroam (mondial). Néanmoins, on peut citer quelques services de nature équivalente mais de périmètres (géographique et population utilisatrice) plus réduits :

  • Eduspot : ensemble de recommandations nationales favorisant l'usage de réseau Wi-Fi de type portail captif en Enseignement Supérieur et Recherche : ssid commun, fédération d'identité Education-Recherche pour la mobilité d'authentification.
  • Midi-Pyrénées Wi-Fi (MiP-Wifi), mobilité d'authentification Wi-Fi (accès de type Portail captif uniquement) entre établissements d'enseignement supérieur et de recherche en Midi-Pyrénées et le CROUS Toulouse (accès internet des étudiants en résidence universitaire).

Commentaires et retours d'expériences sur le service :

  • Il est important que l'utilisateur du service eduroam valide la configuration Wi-Fi eduroam de son terminal dans son établissement d'origine avant de partir en déplacement.
  • Difficulté, pour un utilisateur, d'obtenir du support en déplacement.

URLs pour plus d'informations :

Mots-clés

ANF : Développer les compétences dans les nouvelles technologies nomades et de l'Internet

Cette action est organisée par RESINFO, DEVLOG et OBTENIR ((Observatoire des Technologies Nomades et de l'Internet).
Elle se déroulera du 13 au 17 mai 2013 à La Rochelle.

Le programme de la formation ainsi que les modalités d'inscription sont accessibles ici

Syndiquer le contenu