Format SVG (Scalable Vector Graphics)

Fiche ressource Article, événement, site web...
  • Création ou MAJ importante : 21/10/10
  • Correction mineure : 05/11/10
Mots-clés

Format SVG (Scalable Vector Graphics)

Présentation

Comment illustrer une page Web sans contrainte de dimensions et de poids

Conçu par le World Wide Web Consortium (W3C) et basé sur le langage XML, le langage Scalable Vector Graphics (SVG version 1.1) permet de décrire des images vectorielles statiques, des formes et du texte. La description des polygones de l'image est donnée par des coordonnées polaires de points et des attributs CSS précisent le style de leur forme (couleur, transparence...). Contrairement à une image Bitmap, les dimensions d'une image vectorielle n'impactent pas le poids du fichier (.svg). Une image vectorielle peut s'agrandir à l'infini sans risque de pixelisation.

  1. Nom complet : Scalable Vector Graphics,
  2. Acronyme : SVG.

Extension par convention

Les fichiers SVG s'enregistrent avec l'extension .svg.

Versions

  1. Version actuelle : SVG 1.0, validée en juin 2006,
  2. Version en attente de validation : SVG 1.1 de juin 2010.

Documents de standardisation

  1. Directive SVG émise par le World Wide Web Consortium (W3C).

Avantages

  1. SVG est un format ouvert développé et maintenu par le groupe de travail SVG du W3C.
  2. De nombreux logiciels de PAO utilisent le langage SVG pour produire des images natives en 2D (.svg). Avec ce format, les graphistes disposent de possibilités de création illimitées.
  3. Les versions des navigateurs lisant le SVG sont : Mozilla Firefox 3.6.10, Chrome 6.0, Opéra 8.5, Internet Explorer 9 (version Bêta).

Inconvénients

  1. Initialement, pour visionner les images vectorielles (.svg), l'interface de visualisation (navigateur, écran de téléphone portable, PDA...) devait intégrer un viewer SVG. Ce plug-in n'était pas systématiquement installé par l'éditeur. Les versions récentes des navigateurs interprètent en natif le format SVG,
  2. Une page Web intégrant du SVG doit être enregistrée au format XML. Tous les navigateurs ne lisent pas encore le format XML. La récente révision de la directive du W3C/SVG (juin 2010) devrait mobiliser les concepteurs des navigateurs.

Utilisations recommandées

Le format SVG est adapté pour représenter des logos, icônes, tableaux, graphiques, cartographies mais inadapté pour les photos (jpg).
Par ailleurs, une animation d'images vectorielles s'obtient en utilisant du JavaScript ou du Java.

Logiciels de traitement

Logiciels libres

  1. Inkscape ; logiciel de graphisme vectoriel générant des fichiers SVG, (voir fiche Plume),
  2. Dia ; logiciel de dessin vectoriel (voir fiche Plume),
  3. Qwt ; bibliothèque de Widgets créant des objets SVG (voir fiche Plume),
  4. Qt ; bibliothèque multi plateformes permettant de créer des interfaces graphiques (voir fiche Plume),
  5. Amaya ; éditeur WYSIWYG (Html et SVG) et navigateur Web (voir fiche Plume).

Logiciels sous licences propriétaires

  1. Adobe Creative Suite ; ensemble de logiciels de PAO/Web exploitant les fichiers (.svg).

Autres formats

Formats connexes

Le format SVG s'appuie sur le format générique XML.

Formats concurrents

  1. Graphic Interface Format (GIF) : Format fermé d'images matricielles pour le Web,
  2. Portable Network Graphics (PNG) : Format ouvert d'images matricielles pour le Web plus récent que le GIF, le PNG gère la transparence,
  3. Flash développé par Adobe concurrence et/ou exploite les fichiers (.svg) dans le but de créer des animations sophistiquées en utilisant le langage ActionScript enregistrées au format propriétaire (flv).

URL pour plus d'informations

  1. W3C - L'actualité autour du SVG,
  2. Mozilla - Developper center, informations, démonstrations et outils pour développer du SVG,
  3. Le Mag IT - Site sur l'actualité de l'informatique, article sur l'évolution du SVG.